top of page
Photo home site_allo alex_edited.jpg

Vous vous posez des questions
pour ré-concilier maladie et travail ?

Hausse de l’absentéisme : décryptage et solutions


1 salarié sur 2 arrêtés*. Un record en 2022 et 2023 qui constitue un défi majeur auquel de nombreuses organisations sont confrontées aujourd'hui.



Elles soulignent l'importance cruciale de mettre en place des mesures efficaces pour prévenir et gérer l'absentéisme, tout en créant un environnement de travail favorable et propice à la productivité et au bien-être des collaborateurs. Dans cette perspective, nous vous proposons un décryptage de la situation en explorant les causes sous-jacentes de cet absentéisme record et les stratégies potentielles pour y remédier.


Les catégories les plus touchés : les jeunes et les managers


Chez les jeunes : 52% des 18-34 ans ont été arrêtés deux fois ou plus au cours des 12 derniers mois (baromètre MH).


Chez les managers : 53% des managers se sont vus prescrire un arrêt de travail, soit 13 points de plus par rapport à l’année précédente (baromètre MH).


Les femmes (55%), les ouvriers (57%), les petites entreprises (10 à 49 salariés) (54%) et les secteurs de la santé, de l’action sociale (54%) et de l’industrie (53%) sont également particulièrement touchés par l’absentéisme.


Les causes de cette forte hausse


Les troubles psy : 1ère cause d’arrêts de travail de longue durée

Les troubles psychologiques avec une origine professionnelle représentent la première cause d’arrêt, avec une durée moyenne de 33 jours d’arrêt contre 19 jours pour un autre motif. Cette cause touche particulièrement les managers qui doivent faire face à la réorganisation de leur équipe en cas d’absence, et à une charge de travail supplémentaire.


« Comme l’année passée, près de 6 managers sur 10 seraient intéressés par des formations pour accompagner leurs collaborateurs en arrêt maladie » (baromètre MH).

Les TMS repartent à la hausse

En 2021, les troubles musculo-squelettiques (TMS) avaient connu une légère diminution, mais en 2022, ils sont repartis à la hausse (21,2%). Ce phénomène peut être attribué à la généralisation du télétravail. Le télétravail peut entraîner une plus grande sédentarité et des postures incorrectes en raison des différentes habitudes de travail et des équipements utilisés par les collaborateurs à leur domicile (baromètre AXA).


Le sens au travail

Autre cause possible, le manque de sens au travail. Lorsque les collaborateurs ne trouvent pas de sens ou de satisfaction dans leur travail, ils peuvent être moins motivés et engagés.


Dans une étude de la DARES en 2016, le nombre de jours d’absence augmente beaucoup plus fortement pour les 20 % de salariés qui ont connu la plus forte perte de sens du travail et diminue au contraire pour les 20 % dont le sens du travail s’est le plus amélioré.


Les conséquences


Une perturbation de l’organisation du travail est l’une des premières conséquences. L’absence entraîne une nouvelle planification des tâches et des projets au sein de l'organisation. Il peut être nécessaire de recruter une nouvelle personne, de réaffecter les tâches, de réorganiser les échéanciers ou de trouver des solutions alternatives pour maintenir le bon fonctionnement de l'organisation.


Au-delà de l’impact organisationnel, l'impact sur la satisfaction des clients se fait fortement ressentir, une conséquence moins soulevée l’année précédente (+7 points). En effet, les retards ou les erreurs dans les livraisons de produits ou dans les services peuvent nuire à la réputation de l'organisation et à la satisfaction client.


Des solutions durables à mettre en place


Repérer les signes avant-coureurs

Dans plus de 80 % des cas, les salariés qui ont connu un arrêt de travail de plus de 30 jours ont présenté des signes avant-coureurs dans les deux années précédentes. Les signes les plus fréquemment observés étaient une fatigue excessive, dans 47 % des cas (+8 points), ainsi que des surcharges de travail ou de stress, dans 40 % des cas (+8 points).


Encourager une communication ouverte, une écoute active et impliquer les collaborateurs dans la prise de décision

Créez un climat de confiance où les employés se sentent à l'aise pour partager leurs préoccupations et leurs difficultés. Encouragez la communication ouverte entre les collaborateurs afin de détecter rapidement les problèmes potentiels et de trouver des solutions adaptées.


Impliquer les collaborateurs dans la prise de décision. Cela peut renforcer leur engagement et leur sentiment de responsabilité, réduisant ainsi les risques d'absentéisme.


Proposer des actions d’accompagnement durables et pertinentes aux besoins internes

Mettre en place des actions durables a un impact à long terme sur la qualité de vie au travail (QVCT). Elles visent à créer des conditions de travail saines qui perdurent au fil du temps, plutôt que de se limiter à des mesures ponctuelles et temporaires.


Vous êtes employeur et vous souhaitez une solution durable de qualité de vie au travail pour mieux concilier vie professionnelle et maladie ? Découvrez notre plateforme Alex*.


Besoin d’informations ? Contactez nous bonjour@wecareatwork.com

 

*Chiffre issu de la 8e édition de du baromètre Absentéisme de Malakoff Humanis. Étude de perception menée par l’IFOP pour Malakoff Humanis auprès de 2 000 salariés, 403 dirigeants d’entreprises ou DRH du secteur privé et 200 médecins traitants (généralistes libéraux), du 26 janvier au 16 février 2023.


Crédit photo : Freepik/creativart


bottom of page