top of page
Photo home site_allo alex_edited.jpg

Vous vous posez des questions
pour ré-concilier maladie et travail ?

Cancer et travail : concrètement comment faire ?

Dernière mise à jour : 8 août 2023


Photo de discussion de groupe pour illustrer un groupe de travail, un groupe de parole évoquant le sujet de la maladie, du cancer au travail

Ce mois de janvier, Arthur Sadoun, président du groupe Publicis a invité toutes les entreprises à « faire tomber le tabou du cancer au travail ». Concrètement, comment faire ? Comment parler du cancer au travail ? Quelle posture adopter ? Quelles actions mettre en place ? Ces préoccupations sont au cœur de la mission de Wecare@work. Chaque jour, nos équipes accompagnent des entreprises et leurs salariés pour mieux concilier maladie et travail. À l’approche de la journée mondiale contre le cancer, ce 4 février, nous avons souhaité partager avec vous des premières clés, que vous soyez un employeur (1re partie) ou une personne concernée par la maladie (2e partie).

Concrètement…le cancer pour les employeurs ?


Être à l’écoute et informer sur la possibilité de parler du sujet du cancer dans l’entreprise


Libérer la parole sur le cancer et les maladies chroniques est un premier pas pour une meilleure considération et reconnaissance des personnes malades au travail. Pour que le message soit compris de tous, qu’il n’y ait pas de mécompréhension, on doit signifier clairement aux collaborateurs de l’entreprise que le sujet n’est pas tabou, que l’on peut en parler. N’oublions pas que la reconnaissance est un fort levier d’engagement au travail.


Plus la parole sera libérée sur le sujet de la maladie au travail, moins il y aura de tabous, d’incompréhensions et de discriminations et plus l’organisation du travail en sera facilitée. L’entourage professionnel sera alors à même de changer de regard sur la maladie, de pouvoir comprendre les situations et ainsi accompagner au mieux les personnes malades ou les proches aidants qui font face à des difficultés.


Photo illustrant un geste compatissant, bienveillant et compréhensif entre deux personnes lors d'un groupe de discussion, d'un groupe de travail

Pour que la reconnaissance soit éprouvée par les collaborateurs concernés, cela nécessite une prise en compte concrète de leur situation et de leurs difficultés. Cette reconnaissance est une condition essentielle d’une meilleure inclusion au travail.

Former les différentes parties prenantes


Bien souvent, lorsque l’on apprend le diagnostic du cancer d’un collègue, on se retrouve démuni. Que dire ? Que faire ? Il n’est pas toujours facile de réagir de la meilleure manière au moment opportun. On peut être maladroit. Pourquoi ? Car l’entreprise et la formation à un métier ne préparent pas à cette situation. Comment réagir face à quelqu’un qui annonce sa maladie ? Comment organiser son travail ? Comment adapter le poste de travail ? Comment l’équipe va-t-elle prendre le relais sur ses missions le temps de son absence ? etc. Gardons en tête qu’il y a autant de situations que d’individus.

Permettre aux collègues, managers, professionnels des ressources humaines et aux dirigeants de se sensibiliser, de se former sur la maladie au travail et ses conséquences, c’est leur permettre de s’approprier le sujet et d’avoir les bons outils et les bons conseils pour être prêts à accompagner au mieux les collaborateurs malades ou les proches aidants au sein de l’entreprise au moment où cela sera nécessaire, voire de l’anticiper.


Photo illustrant une formation en entreprise

Pour en savoir plus et vous inscrire à notre prochaine formation inter-entreprise, « Maladie et travail, parlons-en » contactez-nous.


Accompagner aux différentes étapes de la maladie


L’accompagnement des collaborateurs malades passe par de l’écoute et de la compréhension ; par un management bienveillant. Il nécessite la transmission d’une information complète et appropriée à la situation de chacun. De quoi mon collaborateur a-t-il besoin pour mieux concilier sa vie professionnelle et ses traitements ? De quoi ma collaboratrice a-t-elle besoin pour reprendre le travail dans les meilleures conditions ? Voici quelques-unes des questions qu’il est nécessaire de se poser pour donner une information adaptée. Il est notamment important d’informer sur les dispositifs légaux existants et sur le fonctionnement propre à l’entreprise. Vous pouvez également leur rappeler les interlocuteurs privilégiés en cas de situation de maladie ou de handicap au sein de l’entreprise ou à l’extérieur.


Accompagner une personne malade au travail, c’est aussi garder le lien si elle le souhaite pendant les temps d’absence, l'informer sur l'actualité de l'entreprise et faire le point régulièrement sur sa situation après sa reprise pour l’accompagner dans la durée. Communiquer, mettre des outils à disposition (comme la web app Alex : un point unique qui permet de faciliter la vie de toutes les personnes confrontées à la maladie)... Ce sont autant de clés qui permettent un accompagnement durable. Les salariés concernés sont les mieux placés pour signifier ce dont ils ont besoin.


Concrètement… le cancer pour les patients ?


En parler ou ne pas en parler ?


Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses à cette question. Cela va dépendre de votre situation et si vous vous sentez de l’aborder ou non. Si vous choisissez de ne pas le dire, votre seule obligation est de transmettre votre arrêt de travail pour maladie à la Sécurité sociale et à votre employeur.

Si vous choisissez d’en parler, l’important est de choisir votre moment et la manière dont vous souhaiterez aborder les choses. « À qui ai-je envie de le dire ? », « Comment partager cette nouvelle ? » Réfléchissez également au suivi de votre travail et de votre situation. Qui souhaitez-vous mettre au courant ? Dans quelle mesure ? Comment souhaiteriez-vous mettre en place un suivi personnalisé de votre reprise, avec qui ? Si vous pensez que cela peut vous aider, vous pouvez demander à consulter un psychologue du travail ou un psychologue dans votre structure de soins. Ces professionnels de l’écoute sont là pour vous accompagner et répondre à vos questions, notamment si vous avez des difficultés et des appréhensions à reprendre le travail.


Photo représentant une femme pensive face à son ordinateur

S’informer sur ses droits


Êtes-vous bien informés sur vos droits ? Sur l’accompagnement des situations de maladie au sein de votre entreprise ? Si vous vous absentez, quel sera votre revenu pendant votre arrêt de travail ou votre temps partiel thérapeutique ? Avez-vous le droit de vous absenter pour vos rendez-vous médicaux ? Vers quels interlocuteurs pouvez-vous vous tourner ? Votre manager et le service des ressources humaines, notamment le responsable QVT et/ou santé au travail ou son équivalent peuvent vous renseigner. Il existe de multiples interlocuteurs en fonction des entreprises : référent maladie, référent handicap, infirmière du travail et médecin du travail internes à l’entreprise, délégués du personnel, comptable unique… Peut-être existe-t-il aussi un intranet avec des questions-réponses sur la maladie au travail ? Si vous ne souhaitez pas aborder frontalement la maladie avec ces interlocuteurs, vous pouvez aborder ensemble les conséquences de ce diagnostic sur votre travail : par exemple une longue absence pour arrêt de travail, ou au contraire, des absences courtes répétées et régulières, un besoin de sanitaires à proximité du poste de travail, un besoin de télétravailler…


Vous avez une question ? Vous pouvez interroger notre ligne solidaire ALLO Alex du lundi au vendredi de 9 h à 17 h au 0 800 400 310. Vous pourrez bénéficier dans ce cadre d’un accompagnement personnalisé et de la mise à disposition d’outils pratiques, selon votre situation.


Photo représentant une femme en télétravail, face à son ordinateur

Préparer ses absences et son retour


Une fois que vous avez connaissance de vos droits, vous pouvez anticiper vos absences et votre retour. Dans la mesure du possible bien sûr, certaines situations étant difficilement anticipables, notamment lors d’un diagnostic tardif avec un traitement à suivre en urgence… Quand cela est possible donc, prévenir la situation et les besoins permet une meilleure organisation du travail en votre absence et un retour facilité.


Vous pouvez établir une organisation pendant votre absence avec votre manager et votre équipe. Qui fait ou fera quoi dans l’équipe ? Qu’est-ce que le temps partiel thérapeutique va vous permettre de faire comme tâches ? Comment communiquer dans l’entreprise sur votre maladie ou vos difficultés, vos rendez-vous médicaux, etc. ? Comment garder le contact ? Peut-être avez-vous besoin de flexibilité ? Les points d’étapes sont aussi l’occasion de réajuster au fur et à mesure vos tâches à vos capacités effectives, étant donné que même si on se prépare en amont, les projections peuvent être différentes de la réalité. Pouvoir parler de vos difficultés et de vos réussites, au fur et à mesure de votre reprise est important pour que vous puissiez reprendre votre rôle actif dans l’entreprise, sans que cela soit aux dépens de votre santé.

La communication reste la clé essentielle.



La parole sur le cancer et la maladie est libérée dans votre entreprise, vous avez mis des outils en place pour accompagner vos salariés, vous souhaitez témoigner ?

Vous avez été touchés par un cancer ou vous êtes touchés par une maladie chronique et votre entreprise a mis en place des aménagements, vous souhaitez témoigner ? Contactez-nous à l’adresse alloalex@wecareatwork.com.

Pour toutes vos questions, sachez qu’ALLO Alex, notre service solidaire est là pour vous aider ! Pour rappel, le service est joignable au 0800 400 310 du lundi au vendredi de 9h à 17h (appel gratuit)



 

Crédit photo : Drazen Zigic / Freepik, Wix, Peoplecreation / Freepik, Wix

Comments


bottom of page