top of page
Photo home site_allo alex_edited.jpg

Vous vous posez des questions
pour ré-concilier maladie et travail ?

La reconnaissance, facteur d’inclusion au travail


La reconnaissance est un sujet central aussi bien pour les individus que pour les entreprises. Elle est un levier fort de l’engagement au travail. Le défaut de reconnaissance des contributions de chacun ou le déni des difficultés rencontrées sont autant de causes de démobilisation, de mal-être et de contre-performance productive.


La reconnaissance ne s’exprime pas uniquement par une récompense ou par un compliment. Elle passe avant tout par l’attention portée à la personne, par la prise en compte de sa situation et de ses difficultés, notamment si la personne est en situation de maladie ou de handicap.


Cette reconnaissance est une condition indispensable d’une meilleure inclusion au travail. Elle peut se traduire par de l’écoute, de la compréhension, de l’accompagnement ; par une communication ouverte sur le sujet tout au long de l’année ; par un management bienveillant. Cette reconnaissance peut aussi se traduire par un engagement formel de l’employeur à travers des accords internes ou des chartes…

Comme le dit Soëlla :

« Nous reconnaître, c’est nous accepter et donc nous intégrer. »

Soëlla est agent administratif. Nous l’avons rencontrée lors de la signature de son employeur, la métropole Aix-Marseille-Provence, à la charte Cancer@work pour une meilleure inclusion de toutes les maladies au travail. À l’occasion de cette cérémonie, elle a partagé son parcours et l’importance pour elle de cet engagement, de cette reconnaissance. Nous sommes donc ravis de partager ici son témoignage.


Pouvez-vous vous présenter et nous parler de votre expérience de vie de la maladie en quelques mots ?


Bonjour, je m’appelle Soëlla, j’ai 40 ans et je suis agent administratif au sein de la métropole Aix-Marseille-Provence. Je suis également maman de deux petites filles âgées de 7 ans et 9 ans ;)



Je suis atteinte de deux pathologies invalidantes mais INVISIBLES : je suis diabétique insulinodépendant et également atteinte d’une spondylarthrite ankylosante depuis l’âge de 22 ans.


Les expériences de ma vie face aux maladies m’ont souvent poussée à prendre des décisions à l’encontre de mes choix et de mes envies. Que ce soit professionnel, personnel ou familial.


J’ai dû adapter ma vie à mes pathologies pour mieux vivre avec (j’en profite pour remercier mes parents qui m’ont énormément aidée, soutenue et qui se sont battus à mes côtés sans relâche par leur amour immense).

Comment conciliez-vous votre maladie, les traitements et votre travail ?


Depuis deux ans, je suis à 100 % en télétravail. Cela me permet de pouvoir prendre mon traitement antidouleurs correctement et de pouvoir gérer mes crises plus sereinement. De faire des repas plus équilibrés pour mon diabète et manger à des heures régulières.

Avant ça, je devais me rendre sur mon lieu de travail avec 1h10 de route le matin et le soir, un peu plus selon les embouteillages. Donc la prise d’antidouleurs n’était pas possible. Il fallait en effet choisir les médicaments ou conduire. Pour ne pas m’absenter au travail, mon choix était de conduire.


J’ai rencontré le médecin du travail qui a indiqué qu’après la crise sanitaire du Covid-19, je devrais continuer 3 jours en télétravail et 2 jours en présentiel dans un bureau le plus proche de chez moi.

Mon domicile a été doté de mobilier ergonomique pour me permettre de travailler dans d’excellentes conditions. À ma reprise en présentiel, il en sera de même pour mon bureau.


Aujourd’hui, grâce à tous les moyens mis en œuvre par la métropole Aix-Marseille-Provence, par l’accompagnement de la division handicap et par la confiance de ma cheffe de service, je peux concilier travail et maladie.

En revanche, les relations avec certains collègues ne sont pas toujours faciles. Ils ne peuvent pas comprendre pourquoi je suis à 100 % en télétravail et pas eux. Selon certains collègues je suis en excellente santé, car mes pathologies sont invisibles. Mais cela m’importe peu car l’essentiel c’est de me connaître moi.


Selon vous, comment peut-on améliorer l'accompagnement des personnes malades au travail ?


Je pense que pour améliorer l’accompagnement des personnes malades au travail, il faudrait en parler plus, créer des rencontres plus souvent, échanger avec des personnes concernées afin d’apporter de vrais besoins et de vraies réponses. Instaurer un climat de confiance. Plus d’informations pour TOUS car des personnes en bonne santé peuvent également être touchées un jour. Pouvoir attribuer un numéro de téléphone pour se renseigner et prendre un rendez-vous pour connaître les démarches à suivre dans l’anonymat.


Votre employeur, la métropole Aix-Marseille-Provence, vient de signer la charte Cancer@work. Selon vous en quoi cela va pouvoir contribuer à favoriser l'inclusion de la maladie au travail ?


Tout d’abord, cela permet la reconnaissance des travailleurs malades ou handicapés : nous reconnaître, c’est nous accepter et donc nous intégrer.

Cette charte permet également de transmettre des valeurs et des bonnes pratiques. Pouvoir dire stop face à des injustices et compter sur le soutien de la métropole. Savoir que nous ne sommes pas SEULS.


Pour finir, si vous aviez 1 conseil ou bonne pratique à partager pour mieux concilier maladie / handicap et travail, lequel serait-ce ?

Le conseil ou la bonne pratique pour mieux concilier maladie / handicap et travail serait : ne restons plus SEULS dans le SILENCE. Des professionnels sont là pour nous écouter et nous accompagner.


Communiquer avec sa hiérarchie, afin que celle-ci puisse comprendre et ne pas identifier la personne comme un mauvais employé qui s’absente souvent.


Savoir que nous avons une mauvaise étiquette collée dans le dos peut engendrer encore plus de mal-être au travail. Et créer des conflits.

Nous sommes comme tout le monde, nous ne sommes pas différents des autres. Être reconnu travailleur handicapé, c’est combattre nos maladies et c’est notre FORCE.

Pour ne plus se sentir DIMINUÉ et INFÉRIEUR aux autres, c’est RÉAGIR pour améliorer notre quotidien donc notre vie.

NE NOUS CACHONS PLUS.



Merci Soëlla pour votre témoignage.



Vous aussi vous souhaitez témoigner de votre expérience de la maladie au travail,

contactez-nous à l’adresse alloalex@wecareatwork.com.


Pour toutes vos questions, sachez qu’ALLO Alex est là pour vous aider ! Pour rappel, le service est joignable au 0800 400 310 du lundi au vendredi de 9h à 17h (appel gratuit).



Comments


bottom of page