Photo home site_allo alex_edited.jpg

Vous vous posez des questions
pour ré-concilier maladie et travail ?

Maladie et travail – Formation – Se former pendant l'arrêt maladie : elles témoignent



Le saviez-vous ? Faire une formation pendant son arrêt de travail quand on est salarié, ou indépendant c’est possible. Magali et Caroline ont toutes les deux été en long arrêt maladie, elles ont alors entrepris une formation et partagent leur expérience avec nous.


Comment avez-vous su que vous pouviez vous former pendant votre arrêt ?


Caroline : « J’ai su que je pouvais me former de ma propre initiative car je sentais que le retour à la vie professionnelle allait être difficile après une longue absence dans mon domaine, le digital. J’ai été en arrêt maladie pendant trois ans, je suis graphiste depuis

plus de vingt ans et web designer ainsi que social media manager aujourd’hui. »


Magali : « Par l'assistante sociale de la CPAM. »


Quelle formation avez-vous pu faire ? Comment avez-vous procédé ?


Caroline : « J’ai fait une formation courte de web designer à l'École des Gobelins de Paris. J’ai d’abord enquêté pour savoir vers quelle école me tourner auprès de mon entourage pro et d’inconnus sur LinkedIn. »


Magali : « J’ai fait un bilan de compétences à travers mon CPF mobilisé avec l’accord du médecin du travail, vu que j'étais encore en arrêt maladie. (un document spécifique de la CPAM donnant autorisation à faire ce bilan durant un arrêt). Mon employeur était donc tenu informé, c'est la seule chose qu'il faut savoir. »


Caroline : « Pour la financer, j’ai cumulé : une aide exceptionnelle auprès de l’organisme de retraite duquel je dépendais, mon DIF, j’ai financé une partie personnellement et l'école a fait un geste commercial vu ma situation précaire. Étant donné que j’étais indépendante bien qu'en arrêt maladie prescrit par mon oncologue, je n'avais aucune indemnités journalières car j’étais gérante de ma propre agence de communication (donc 0 € de chômage aussi) co-fondée avec une associée, qui a dû donner sa démission en mon absence. Comme c’était ma propre boîte, j’avais le statut « profession libérale », ni commerçant, ni artisan. »


Magali : « Pour ma part, la RQTH était un plus également pour des financements de formation car l'Agefiph rajoute des financements en plus des financements possibles de Pôle emploi. Après le bilan, j'étais positionnée sur une formation de "Formateur pour adulte" à compter de septembre 2021 grâce à des missions ponctuelles effectuées très rapidement par le plus grand des hasards (même si pour moi il n'y a pas de hasard) lors d'une candidature à la volée pour un centre de formation. »


Caroline : « J’ai également fait une initiation 3D chez Dassault Systèmes financée grâce à l’Agefiph et une mini formation de 2 jours sur les réseaux sociaux financée par Pôle emploi.

Enfin, je me suis formée avec de l’e-learning pour monter en compétences sur les réseaux sociaux, le social media management, la création de contenu...

Ce qui m’a aidée, c’est également de faire beaucoup de veille en termes de communication digitale et des secteurs d’activités que je vise. »


Qu'est-ce que cela vous a apporté ?


Caroline : « Cela m’a permis de monter en compétences techniques, d’être plus crédible auprès de l’entourage pro voire perso, d’élargir mon réseau, de reprendre confiance en moi, de me resociabiliser avec un groupe d’apprenants bienveillants, d’avoir à nouveau des objectifs et envie de me lever le matin pour exercer un métier de passion.

Bref 100% bénef. »


Magali : « Grâce à ce bilan de compétences, j'ai rencontré une personne formidable, psychologue du travail au GRETA qui m'a permis de reprendre confiance et de faire un réel point sur toutes mes compétences et envisager un nouvel avenir. Un an de traitement, cela fragilise le corps mais aussi l'esprit. Entendre de la bouche de quelqu'un que "oui notre parcours est complet, qu'on a plein de compétences en nous à faire valoir, être entendue, comprise avec une réelle bienveillance a été salvateur. Cela m'a redonné confiance, permis de reprendre doucement la possibilité de retourner sur le marché du travail car la maladie mais surtout le choc de la réception d'un avertissement après six mois d'arrêt m'avaient complètement fragilisée et fait perdre confiance dans le monde professionnel. »



Quels sont vos projets ?


Caroline : « Je souhaiterais retrouver une stabilité professionnelle (même s’il s’agit de partage de temps entre plusieurs structures pour m’adapter au marché de l’emploi) pour gagner en sérénité et retrouver pleinement ma joie de vivre. »


Magali : « En fait, tout a été très vite, le bilan de compétences m'ayant redonné confiance, j'ai osé sortir de ma zone de confort en entreprenant un nouveau métier comme cela sans préparation finalement car j'ai dû remplacer au pied levé quelqu'un en tant que formatrice.

Ce fut un réel grand moment de peur que je n'avais jamais connu auparavant après quatorze mois sans activité professionnelle, je me lançais. Au terme de cette mission, j'ai donc confirmé mon choix d'avoir une certification dans ce métier mais finalement la vie en a décidé autrement car j'ai répondu à un appel de candidatures pour une institution dans le cadre d'un recrutement RQTH et j'ai été retenue. Je suis actuellement en CDI depuis juillet 2021 en tant que conseillère en évolution professionnelle. »


Caroline : « J’aimerais trouver d’urgence un emploi en « social media management » (= stratégie de com + community management) dans les secteurs où j’ai une bonne expertise désormais et qui m’animent : la santé, l’inclusion (handicap, RSE...) et le champ

social. Cette niche me permettrait de faire des passerelles entre les différentes

structures et leur faire bénéficier de mes connaissances croisées. Et je souhaite pouvoir continuer à accompagner bénévolement l’association après cancer Skin, dont je partage les valeurs, au niveau de sa stratégie de communication, des réseaux sociaux, du site web. Mes résultats sont très positifs. »

Magali : « Je souhaiterais continuer à faire mon métier, évoluer, apprendre toujours, encore… et surtout continuer à prendre soin de moi tout en travaillant. J'ai la chance de pouvoir continuer ceci grâce à un environnement de travail et des conditions de travail qui me le permettent. À ce jour, c'est parfait et sécurisant. »



Merci Caroline et Magali pour votre témoignage.


Pour aller plus loin et pour mieux concilier arrêt maladie et formation, découvrez nos articles « Peut-on faire une formation pendant un arrêt maladie ? » et notre série d’articles sur le Bilan de compétences.

Découvrez le partage d’expériences de Magali « J’ai osé sortir de ma zone de confort en entreprenant un nouveau métier » et le témoignage de Caroline sur la RQTH.

Vous aussi vous souhaitez en savoir plus ou témoigner de votre expérience de la maladie au travail, contactez-nous à l’adresse alloalex@wecareatwork.com

Pour toutes vos questions, sachez qu’ALLO Alex est là pour vous aider ! Pour rappel, le service est joignable au 0800 400 310 du lundi au vendredi de 9h à 17h (appel gratuit).


 

Crédit photo : Nick MorrisonUnsplash