top of page
Photo home site_allo alex_edited.jpg

Vous vous posez des questions
pour ré-concilier maladie et travail ?

Le soutien du manager, la clé d'un retour au travail facilité

Dernière mise à jour : 8 mars

Le soutien et l’accompagnement du manager sont essentiels pour le moral de la personne malade. Quand une entreprise est sensibilisée à la maladie et les différents managers formés à l’accueil d’un salarié malade, le retour est facilité. En effet, plus l’entreprise se prépare à l’annonce potentielle d’une maladie de la part d’une personne, plus elle sera à même de l’accompagner. Instaurer un climat de confiance en amont, manifester son soutien dès l’annonce, anticiper l’organisation pendant les absences quand c’est possible et au retour :  cela permet à la personne de s’absenter dans les meilleures conditions possibles et d’envisager un retour plus serein. 


« Je suis partie en arrêt en me projetant sur mon retour et cela a énormément participé à vivre ma convalescence le mieux possible et à ma capacité à revenir sereine. » nous partage Sabine.

S’appuyer sur le soutien de son manager et du collectif de travail, pouvoir parler de ses difficultés et de ses réussites, au fur et à mesure de la reprise, permet au salarié de retrouver sa place dans l’entreprise, sans que cela ne soit aux dépens de sa santé. La communication restant la clé essentielle.


Sabine a été diagnostiquée d’un cancer du sein en 2022. Grâce à l’implication de son manager, son absence et son retour au travail se sont bien passés. Elle souhaite donc partager le fait que c’est possible. Nous sommes donc heureux de partager son témoignage.



Pouvez-vous vous présenter et nous parler de votre expérience de vie de la maladie en quelques mots ?


Je travaille dans l'industrie depuis vingt-trois ans, dans le secteur des achats. J'apprécie particulièrement mon métier qui est riche d'expériences, de rencontres, de défis à relever et d'objectifs à atteindre. Il a toujours été important pour moi que mon travail soit un terrain propice à l'enrichissement personnel, interpersonnel, culturel et intellectuel. 


L’annonce du diagnostic de ma maladie a été très violente alors même que j’avais été aidante auprès de ma mère huit ans plus tôt (décédée neuf mois après le diagnostic). J'ai ressenti énormément d'injustice face à cette situation malgré le fait d’avoir un état d'esprit très optimiste, un caractère enjoué, une attitude dynamique et une vie saine (pas de tabac, sportive, alimentation équilibrée). 


Je me suis battue comme une lionne, contre moi-même d’abord car je ne voulais pas faire de chimiothérapie (pour avoir vu ma mère dépérir en neuf mois), puis durant les traitements pour les supporter au mieux. J’ai été entourée par mes enfants et mes proches d’une manière formidable.

J’ai eu assez peu d’effets secondaires si ce n’est des fatigues extrêmes durant trois à quatre jours après les injections hebdomadaires.

Je récupère physiquement grâce au repos et au sport.

 

Comment conciliez-vous votre maladie et votre travail ? 


Dès l'annonce du diagnostic j’ai partagé la situation avec mon manager d’une manière très ouverte car il existait déjà une relation de confiance construite au fur et à mesure des mois passés. Sur sa proposition nous avons élaboré ensemble une répartition des activités entre elle et le reste de l'équipe après mon départ en arrêt maladie, ceci afin d’assurer la continuité des activités à la fois à court et à moyen terme. 


Ce positionnement professionnel et intelligent de mon manager m'a permis de partir sereinement car j’étais ainsi rassurée sur la continuité de mes activités professionnelles en mon absence ce qui était important pour moi afin de m’aider à me projeter sur mon retour au travail. Nous avons aussi discuté ensemble des modalités de reprise dès l’annonce du diagnostic car c’était mon souhait. 


Enfin c’est moi qui ai décidé de ma date de reprise et celle-ci s'est effectuée à mi-temps alors que j’en étais à la moitié de mon parcours de traitement de chimiothérapie et que je me sentais capable et investie dans cette reprise. J’ai continué à mi-temps en télétravail jusqu’à la fin de la radiothérapie et je vais reprendre progressivement afin d’atteindre les 100% d’ici deux mois.

 

Quelles difficultés avez-vous rencontrées ? De quoi auriez-vous besoin ?


Je n’ai rencontré aucune difficulté, ni à l’annonce de ma maladie à mon manager, ni durant mon arrêt, ni à ma reprise si ce n’est d’arriver à me modérer dans un 50 % où je me suis sentie un peu à l’étroit car je voulais m’investir encore plus.

Mon manager m’a même servi de modérateur dans les moments où j’avais du mal à couper ! Et je l’en remercie.


Je suis partie en arrêt en me projetant sur mon retour et cela a énormément participé à vivre ma convalescence le mieux possible et à ma capacité à revenir sereine.

L’accompagnement de mon manager et du collectif (l’équipe dans laquelle j’étais intégrée) ont grandement participé à atténuer le mieux possible mes craintes potentielles au moment de l’annonce.

 

Quels sont vos projets aujourd'hui ?


Je voudrais témoigner de ma capacité à faire face à l’adversité injuste pour aider d’autres salariés mais aussi démontrer qu’un salarié, bien accompagné par sa hiérarchie et le collectif au travail peut surmonter plus sereinement une période très difficile de ce type. Je veux témoigner à la fois pour les salariés impactés mais aussi pour les managers.


Le retour au travail est possible, dans de bonnes conditions, avec des accompagnements médicaux et paramédicaux de plus en plus performants.

Je vais participer aussi aux évènements de sensibilisation de mon entreprise sur le sujet et contribuer à déconstruire des clichés sur la maladie et des vérités d’il y a trente ans qui n’ont plus lieu d’être maintenant pour sensibiliser.


Je voudrais encourager à libérer la parole et rendre possible la vie d’un malade chronique dans le contexte du travail où la capacité et la compétition sont de rigueur et où la maladie est encore un tabou et n’a pas sa place car on est potentiellement en position de faiblesse.

 

Selon vous, comment peut-on améliorer l’accompagnement des personnes malades au travail ?


En tant que manager je pense que la façon dont on va accueillir l’annonce de son collaborateur est primordiale ainsi que la façon de gérer la situation.

Rassurer son collaborateur, mettre en place avec lui les étapes qui vont lui permettre de vivre au mieux la situation, lui donner de la visibilité et surtout bien lui faire comprendre qu’il continue à faire partie de l’équipe même en étant absent.

Cela demande à la fois des qualités managériales et humaines qui peuvent dépasser le manager s’il n’a pas la pratique ou l’envie, s’il n’est pas accompagné par une hiérarchie ou une structure à l’écoute ou flexible.

Mon entreprise a par exemple mis en place le télétravail dérogatoire pour des raisons médicales, ce qui permet d’aller au-delà du nombre de jours de télétravail standard validé en convention collective.

 

Si vous aviez 1 conseil ou bonne pratique à partager avec une personne en situation de maladie / de handicap au travail ?


Ce serait de ne pas hésiter à partager sa situation dès que la personne se sent capable de le faire car on ne sait pas combien le collectif (manager, RH) peut être puissant et participer au soutien lors d’une période de maladie.


Avec le manager ou le collègue d'une personne concernée ?


Être à l’écoute et empathique. Ne pas penser que s’attacher à vouloir accompagner un collaborateur ou un collègue malade est une preuve de pitié.

Croire à la force du collectif pour soutenir son collègue ou collaborateur dans son parcours et de l’alléger mentalement.

 

Votre conseil à un employeur pour favoriser l'inclusion des personnes concernées ?


Ce serait de ne plus considérer une maladie chronique comme un risque dans la capacité du candidat à être fiable et investi dans son travail.


Souhaitez-vous ajouter quelque chose ?


Mon retour d'expérience est bien sûr en lien avec mon vécu, ma personnalité, mon statut de salariée et ma situation professionnelle. Je suis consciente que d'autres femmes, d'autres hommes n'auront pas cette vision et auront ou ont eu des freins que je n'ai pas eu à contourner ou ni auxquels  faire face (financier, entourage absent...)

Je m'estime chanceuse malgré et à travers cette épreuve de maladie, d'avoir ce support collectif sur mon lieu professionnel.

Mais il y a aussi une grande part de travail que j'ai fait sur moi pour surmonter cette épreuve.

La force et l'optimisme de l'individu (la personne malade) conjugués au support du collectif est à mon avis la pierre angulaire pour arriver à rebondir du mieux possible et reprendre le cours de la vie de la meilleure manière possible.


Merci Sabine pour votre témoignage !


Pour en savoir plus, découvrez nos articles


Vous êtes patient ? aidant ? manager ? professionnel des ressources humaines ? Vous aussi vous souhaitez témoigner de votre expérience de la maladie au travail, contactez-nous à l’adresse alloalex@wecareatwork.com.


Pour toutes vos questions, sachez qu’ALLO Alex est là pour vous aider ! Pour rappel, le service est joignable au 0800 400 310 du lundi au vendredi de 9h à 17h (appel gratuit).

ความคิดเห็น


bottom of page